Space Invader a "envahi" Embarthe!

Franck Slama-Space Invader
iss042e132086
2560px-Space_Invader_-_Rue_d'Assas
2560px-Space_Invader_-_Rue_d'Assas (1)
Space_invaders_avignon
trippa-1349
street-art-space-invaders-paris
trippa-1160
streetartnews_invader_pp2.jpg3
streetartnews_Invader_Paris_France-4
streetartnews_invader_paris_france2-6
streetartnews_invader_london_star_wars-2
streetartnews_invader_nyc-12
space-invader-yellow-mosaic
streetartnews_invader_alice_in_wonderlan
space-invaders-1a-960x720
spaceinvaders-2-street-art-graffiti-vide
Space-Invader-London-Streetart-Invasion-
Space-Invader-London-Streetart-Invasion-
Space-Invader
invader-4
mainimage2
invader-2
invader-1
Invader_Paris
chappel-037
d9ec3c0d65e04c0e0680452330b7786e
invader rue trousseau paris 11
8720734094_f85384bac6_z
BFI-INVADER-01
2013-02-invader-04
18713278303_bae13cef31_k

Franck Slamadit Invader, est un artiste de rue et mosaïste français, né en France en 1969. Il installe depuis 1996 une série de Space Invaders, réalisés en mosaïques, sur les murs des villes du monde entier.

Invader a posé son premier « Space Invader » près de la place de la Bastille à Paris en 1996. Il se définit lui-même comme un hacker de l’espace public propageant dans les rues un virus de mosaïque. En janvier 2019, ses Space Invaders étaient présents dans 77 villes du monde entier.

Sa démarche se résume à trois points :

  • la rencontre entre la mosaïque et le pixel

  • la transposition d’un jeu vidéo dans la réalité

  • un processus d’invasion à l’échelle planétaire

En région Occitanie, Invader a "envahi" les villes de

Montpellier, NimesPerpignanMontauban et Toulouse

 

mais aussi Saint-Créac !!!

Space_Invader-Saint-Créac_Embarthe-pic_
Space_Invader-Saint-Créac_Embarthe-pic_
Space_Invader-Saint-Créac_Embarthe-pic_
Space_Invader-Saint-Créac_Embarthe-pic_
Space_Invader-Saint-Créac_Embarthe-pic_
Space_Invader-Saint-Créac_Embarthe-pic_
Space_Invader-Saint-Créac_Embarthe-pic_
Space_Invader-Saint-Créac_Embarthe-pic_

Mairie de Saint-Créac - tous droits réservés

Toutes photos copyright Gilles Nicoud