top of page
coeur-église St-Créac-pic Gilles Nicoud-
coeur-église St-Créac-pic Gilles Nicoud.
coeur-église St-Créac-Gilles Nicoud-5
fonds baptismaux-église St-Créac-pic Gil
pietà en bois doré-église St-Créac-Gille
statue St-Antoine-église St-Créac-pic Gi
pilier-église St-Créac-pic Gilles Nicoud
corbeau-église St-Créac-pic Gilles Nicou
coeur-église St-Créac-pic Gilles Nicoud-
fresques murales-église St-Créac-pic Gil
fresques mur Sud-église St-Créac-pic Gil
église St-Créac-6 apôtres mur Sud-pic Gi
fresques mur Nord-église St-Créac-pic Gi
église St-Créac-6 apôtres mur Nord-pic G
les 4 anges-église St-Créac-pic Gilles N
plafond transept-église St-Créac-pic Gil
vitrail Jésus+ange-transept Sud-église S
vitrail Marie+ange-A
vitrail St-Loup2-église St-Créac-pic Gil
vitrail St-Loup3-église St-Créac-pic Gil
vitrail StLoup-A
église StCréac-croix de mission-pic Gill
église StCréac-croix de mission-pic Gill
église St-Créac-croix mission détail1-pi
église St-Créac-croix mission détail2-pi

L'église Saint-Loup de Saint-Créac

 

L'église de Saint-Créac fut reconstruite et agrandie au XIIème siècle à partir d'un édifice antérieur datant probablement du VIème siècle, dont il subsiste l'abside (probablement à l'initiative de chrétiens romains exilés de Rome).

Sur la base d’écrits personnels de l’abbé Sabathier en 1912, on a souvent répété que Saint-Créac était un fief des templiers, dépendant de l’importante commanderie de Goutz près de Fleurance. Mais rien n’est moins sûr aujourd’hui, car si les archives des templiers à Toulouse mentionnent clairement la présence des templiers dans la région (Golfech, Gimbrède, Goutz, Homps, etc.), il n’est fait nulle mention de Saint-Créac dans aucun document d’archive.

Cependant il est vrai qu’un seigneur de Mauroux et de Saint-Créac, Roger de Verduzan, Chevalier de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, y a été enterré en 1735. Mais c’est plus vraisemblablement parce que ce seigneur a hérité des titres de sa grand-mère Marie-Louise de Léaumont, Dame de Puygaillard et Seigneuresse de Mauroux et de Saint-Créac, qu’il a voulu, après ses campagnes militaires, finir ses jours sur ses terres et y être enterré.

L'église fut donc ravagée pendant la guerre de Cent Ans par le Prince Noir qui n'avait pas admis la rébellion du village. Seul fût épargné le chœur de l'église, qui date donc du XIIème, avec un prolongement sur un mur.

L'église fut ensuite relevée aux XVème et XVIème siècles.

Jusqu’au début du XVIIIème la paroisse de Mauroux englobait Saint-Créac, et la municipalité était commune jusqu’à la révolution. C’est en 1792 qu’il y a eu scission, et la commune de Saint-Créac est devenue autonome.

Pour en savoir plus sur l'église Saint-Loup, cliquer ici  >>> 

Les Amis Eglises Anciennes Gers-couvertu

cliquez sur la photo pour voir le diaporama pleine page

L'église globale, avec le mur d'enceinte de son cimetière,

a été inscrite Monuments Historiques le 22 mai 1995.

cliquer ici , puis sur l'onglet :
"Eglise St-Loup de Saint-Créac-07062022"
pour écouter le podcast à la Radio Fil de l'Eau >>> 

Les fresques murales :

Le principal attrait de l'église est le chevet roman orné de peintures murales de style gréco-byzantin datant probablement du XVème siècle, au plafond du chœur et sur les murs côté Nord et Sud.

Une grande campagne de restauration de l'église commença à partir de 1832. Les fresques murales furent complètement  restaurées, voire refaites, en 1863 par l'agenais Toussaint d'Esbeaux : elles ont justifié leur classement aux Monuments Historiques le 5 décembre 1908.

NB. Entre la corniche et le sol, le mur était peint de sujets historiques bibliques, mais l'état de trop grand délabrement ne permit pas leur restauration.

   1/ Au milieu du chœur, dans un losange, le Christ assis sur son trône, la tête entourée d'un nimbe en forme de croix, bénissant d'une main, tenant de l'autre un globe terrestre appuyé sur le genou.

Aux quatre coins du losange, les attributs bien connus des quatre évangélistes: l'aigle de St-Jean, le boeuf de St-Luc, l'ange de St-Mathieu et le lion de St-Marc.

Sur l'arc doubleau séparatif, huit personnages bibliques avec texte biblique en lettres gothiques.

coeur-église St-Créac-Gilles Nicoud-5.jp

cliquez sur la photo pour la voir pleine page

2/ Dans l'intrados de la voûte :

En arrière de l'arc triomphal, les douze apôtres par groupe de trois :   

église St-Créac-6 apôtres mur Nord-pic G

1er groupe, mur côté Nord en haut :

. Pierre portant livre et clefs

. André et sa croix caractéristiques en X  

. Jacques le Majeur avec bourdon et panetière

 

2ème groupe, mur côté Nord en bas :

. Jean tenant la coupe empoisonnée

. Simon et la pique de son martyr

. Mathieu avec le livre ouvert et son bâton

église St-Créac-6 apôtres mur Sud-pic Gi

3ème groupe, mur côté Sud en haut :

. Thomas et son équerre

. Paul avec le livre ouvert et l'épée 

. Barthélémy et le couperet de son martyr

4ème groupe, mur côté Sud en bas :

. Philippe avec le livre et croix

. Thaddée avec le bâton levé

. Mathias et la hache de son martyr

3/ Sous l'arc triomphal :

Quatre anges portant les divers instruments de la passion :

. la colonne avec le fouet

. les trois clous, le roseau et l’éponge

. la lance

. la croix du calvaire

ange1-église St-Créac-pic Gilles Nicoud.
ange2-église St-Créac-pic Gilles Nicoud.
ange3-église St-Créac-pic Gilles Nicoud.
ange4-église St-Créac-pic Gilles Nicoud.
pierre tombale Rogerius de VERDUSAN de M

4/ La pierre tombale de Roger de Verduzan (recouverte par non sens par l'escalier qui monte à la chaire),

seigneur (entre autres) de Mauroux et de Saint-Créac. 

Comte de Miran, Chevalier de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, plus soldat que religieux, il fit une brillante carrière militaire et se retira à la fin de sa vie au Château de Mauroux; il mourut dans sa dépendance de Gaurent en 1735.

Il voulut être enterré en l'église de Saint-Créac probablement en hommage aux chevaliers du Temple, bâtisseurs de l'église.

HIC JACET FRATER ROGERIUS DE VERDUSAN DE MIRAN EQUES SANCTI JOANNIS HIEROSOLIMITANI 

CONDOMINI MAUROSII ET SANCTI-CREACI.

SUMMA VIRTUTE ET EQUITATE ET MO INGENIO AC FORTITUDINE PREDITUS.

OBIIT DIE DECIMA OCTAVA MENSIS JUNII, ANNI : REPAR : SALUT : MDCCXXXIIIV

ETATIS SUE LX... R.I.P. AMEN.

pierre tombale Roger de Verduzan-eglise

Texte traduit du latin sur la pierre tombale:

"Ici git frère Rogerius de Verdusan de Miran, chevalier de Saint Jean de Jérusalem, co-seigneur de Mauroux et Saint-Créac, homme remarquable par sa grande vertu, sa justice, sa haute intelligence et sa bravoure. Il mourut le 18 juin de l'an de l'incarnation 1735, la 75ème année de son âge.

Qu'il repose en paix. P.P.L."

5/  Autres éléments remarquables:

. les vitraux des ateliers du peintre et maître verrier Amédée Bergès de Toulouse (1861-1863):

1- Transept sud: Joseph à l'enfant en médaillon central

2- Transept nord: Vierge à l'enfant remettant le rosaire à St-Dominique

3- Verrière d'axe côté Est du chœur:  l’évêque Saint Loup, sur fond damassé

. de belles rosaces et peintures des corbeaux soutenant les ogives sur les bas-côtés de la nef, également refaites par le peintre Toussaint Desbeaux.

. une statue de Saint-Antoine

. une pietà en bois polychrome (XVIème) à l’entrée de l’église à gauche sous la tribune, au dessus des fonds baptismaux : inscrite objet MH en 1995.

vitrail Amédée Vergès-église St-Créac-Gi
vitrail Amédée Vergès-église de St-Créac
vitrail St-Loup-église St-Créac-Gilles N
rosace Ouest-église St-Créac-Gilles Nico
corbeau mur Nord-église St-Créac-Gilles
statue SDt-Antoine-église St-Créac-Gille
pic1-pieta doré 17ème-StCréac.jpg
pic2-pieta doré 17ème-StCréac.jpg
pic3-pieta doré 17ème-StCréac.jpg
pic6-pieta doré 17ème-StCréac.jpg

Deux cloches sont accrochées au mur clocher qui possède trois emplacements : une très ancienne, datée de 1743, la plus petite accrochée à droite en regardant vers l’Est, avec des inscriptions en partie effacées (à la révolution ?) ; elle a été descendue, restaurée et raccrochée après remplacement du joug/mouton de cloche en 2008.par l’entreprise Bodet Campanaire. Une autre plus récente fondue en 1829 par le lorrain Augustin Martin. Le mur clocher du XVème fut victime de la foudre à la fin du XIXème.

La cloche datée de 1743 a été inscrite objet MH le 22 décembre 2008

pic mur clocher avec 2 cloches-StCréac.jpg
pic3 cloche 1743 StCréac-classé 2008.jpg
pic2 cloche 1743 StCréac-classé 2008.jpg
pic4 cloche 1743 StCréac-classé 2008.jpg
pic6 cloche 1743 StCréac-classé 2008.jpg

Ensemble de deux chapiteaux du portail du XIIème siècle: ils ont été récupérés en 1957 par le musée d’Auch, trouvés gisant dans un appentis de l’église. Les archéologues du Gers pensent qu’ils proviendraient du portail de l’église retouché en 1861 et qu’ils dateraient du XIIème siècle : il s’agirait d’une représentation maladroite du thème de «la lutte du bien et du mal»:

Eglise Saint-Créac-chapiteau1.jpg
Eglise Saint-Créac-chapiteau2.jpg
Eglise Saint-Créac-chapiteau3.jpg

Photo du vestibule et du
nouvel orgue Patrice Bellet
et de la pietà
avec leurs nouveaux éclairages
(septembre 2023)

Pour visionner la brochure
"Inauguration de l'orgue
Patrice Bellet"
à l'église Saint-Loup,
cliquer ici  >>> 

Couverture brochure inauguration orgue-17sep24.jpg

Mairie de Saint-Créac - tous droits réservés

Toutes photos copyright Gilles Nicoud

bottom of page